VIDEOS. Mort d'Antoinette Fouque, cofondatrice du MLF - La Parisienne

Communication institutionnelle
VIDEOS. Mort d'Antoinette Fouque, cofondatrice du MLF - La Parisienne

Antoinette Fouque défend la cause des femmes dans le monde entier

Antoinette Fouque (leparisien.fr/laparisienne/actu-people/personnalites/videos-mort-d-antoinette-fouque-cofondatrice-du-mlf-21-02-2014-3613201.php) a lancé le Collège de Féminologie et l’Observatoire de la Misogynie. Cette militante de toujours décède le 20 février 2014. Elle avait auparavant reçu les plus hautes décorations du pays. Toutes les luttes ont été soutenues par la militante. Antoinette Fouque s'engage aux côtés de femmes en danger dans le monde comme la Bangladaise Taslima Nasreen et la Catalane Eva Forest.

Antoinette Fouque, Roland Barthes et Luce Irigaray

Au début de la décennie 1970, Antoinette Fouque participe à des débats au sujet de la sexualité féminine aux côtés de Luce Irigaray, psychanaliste féministe. Après des études supérieures en Lettres, la jeune femme a d'abord travaillé dans l'enseignement. Elle est la fondatrice du cercle baptisé Psychanalyse et Politique, à l’origine du Mouvement de libération des femmes. Avec son directeur de thèse, le sémiologue Roland Barthes, Antoinette Fouque obtient un Diplôme d'études approfondies. L'étudiante côtoie Monique Wittig, théoricienne féministe au même moment.

Une nouvelle structure nommée l'Alliance des femmes pour la démocratie voit le jour à l’initiative d’Antoinette Fouque en 1989 lorsqu'elle revient des Etats-Unis. La grande militante s'éloigne du Mouvement de libération des femmes quand elle part pour les Etats-Unis au début des années 80. Le mouvement est à ce moment en proie à des luttes internes et a de moins en moins de militantes. Le droit des femmes a été le combat de la vie d'Antoinette Fouque.

"Le dictionnaire universel des créatrices" sort sous sa direction. Cet ouvrage de 5 000 pages rend hommage aux femmes qui ont été écartées de l'Histoire depuis 40 siècles. Antoinette Fouque développe la féminologie dans plusieurs ouvrages écrits entre 1989 et 2012.. La théoricienne invente le nom "féminologie", puisqu'elle abhorre les "-isme" qui réfèrent à une doctrine. Naturellement, Antoinette Fouque a écrit dans plusieurs livres collectifs comme "Portraits choisis" ou "Génération MLF 1968-2008".